publications
publications
Featured

Un vilain petit chaperon rouge

Qualifié Short Edition, Grand Prix du Court, Hiver 2019

La pauvre mère était aussi rouge que la cape et le bonnet de sa fille réunis. L’enfant s’agitait dans tous les sens, tapait du pied, criait. Elle montrait ses dents qui étaient de grandeur inégale ou pas du tout présentes dans cette petite bouche qui se tordait, bavait et crachait son mécontentement le plus grand. 

Poursuivre la lecture« Un vilain petit chaperon rouge »
Featured

Regard oblique

Qualifié – Short Edition – Grand Prix Hiver 2019

Je ne pensais pas que Robert* le ferait. Il m’avait pourtant assuré qu’il aimait photographier, sur le vif, des inconnus et que son domaine de prédilection était la rue. Il s’amusait, me disait-il, avec son appareil, à capter et immortaliser telle ou telle attitude ou émotion fugace chez des passants trop occupés par leurs propres soucis pour s’apercevoir de sa présence. Il œuvrait comme un chef d’orchestre talentueux dont les musiciens silencieux se prêtaient au jeu sans le savoir. Véritable metteur en scène, il dirigeait, par le seul déclenchement de son appareil, des acteurs inconnus qui demain passeraient peut-être de l’ombre à la lumière.

Poursuivre la lecture« Regard oblique »
Featured

La photo de ma mère

Qualifié Short EditionGrand Prix du Court – été 2021

Comment dire ? J’aime cette photo d’identité au ton sépia que j’ai insérée dans un tout petit porte-photo et déposée sur une commode bien en évidence. Depuis toujours, depuis l’enfance, cette photo m’accompagne, me suit. C’est une photo de ma mère au plus haut de sa forme. Pour me représenter ma mère, la seule et l’unique photo à choisir pour moi est, comme une évidence, cette photo ancienne, qui témoigne de sa jeunesse, une photo avant ma naissance.

Poursuivre la lecture« La photo de ma mère »
Featured

Gris pigeon

Qualifié Short Edition – Grand Prix du Court – Hiver 2018 – 2019


J’ai devant les yeux un voile gris, un rideau rêche et presque opaque qui sent la naphtaline. Mes yeux s’écarquillent et réussissent à voir à travers la toile. De l’autre côté, tout est gris, ni tout à fait clair, ni tout à fait sombre. Les bruits qui me parviennent ont eux aussi la couleur grise des bruits étouffés. Mes souvenirs filent un bon coton et s’amusent à jouer avec la lumière. Si une ombre passe, c’est une armada de grisaille qui prend alors le pouvoir. Loin d’être monotone, cette flotte me berce et me renvoie des années en arrière, loin, très loin… Presqu’au bout du chemin parcouru… Le sein maternel est une gourmandise si apaisante et réconfortante…

Poursuivre la lecture« Gris pigeon »